Kundalinî. Autobiographie d’un éveil

Home/Les livres/Kundalinî. Autobiographie d’un éveil

Kundalinî. Autobiographie d’un éveil

Kundalinî. Autobiographie d’un éveil

L’auteur ; Gopin Krishna

L’éditeur ; J’ai Lu N°6152 – 2000 Pour la traduction française.

Ce qu’en dit l’éditeur;

Il est né en 1903. Brahmane de naissance, il a été éduqué dans un collège britannique. Son expérience mystique a fait de lui un maître pour de nombreuses générations. Il disparaît en 1984. Ce livre est un témoignage unique : l’expérience extraordinaire d’un homme confronté à la Kundalinî, et dont la vie ne sera plus jamais la même. Un jour lors d’une séance de méditation comme une autre, ce fonctionnaire de trente quatre ans entrevoit un secret millénaire : des perceptions au delà du connu, une vision transcendantale du réel qui le bouleversent . Mais après la Kundalinî, l’illumination que faire ? Cette énergie à la fois vitale et destructrice le mènera aux frontières de la démence. Car il faut transformer une découverte, l’intégrer. Les commentaires d’un psychologue nous offrent une analyse supplémentaire sur ce parcours hors du commun et ces révélations métaphysiques. Avec humilité, Gopi Krishna nous livre cette immense quête spirituelle, et ce récit de lui un véritable messager.

Ce qu’en dit le psy-en-herbe;

Il faut prendre ce livre au pied de la lettre c’est à dire comme un témoignage. C’est dans cette catégorie que le livre de Gopi Krishna prend tout son sens. D’après l’ensemble des témoignages des personnes ayant vécu une E.F.T. (expérience aux frontières de la mort) la lumière baigne le passage de notre monde vers les autres. Qu’il s’agisse de tunnel lumineux, de d’étendue de lumière, de béatitude, de chaleur et de réconfort au delà des mots, … au delà des maux. Le témoignage de cet homme devenu maître par la force de son travail, d’observateur sur les mécanismes physiologiques de son propre corps. Pour ma part j’ai trouvé le récit trop lent et trop long. Les commentaires du psychologue jungien ne viennent pas enrayer une forme de monotonie dans le monologue de l’auteur. L’aventure qu’il nous décrit éclaire néanmoins sur la pratique du Hatha yoga. Ses exercices physiques et mentaux peuvent mener à la Kundalinî. Mais qu’est-ce que le mot Kundalinî désigne :  » Il était affirmé que Kundalinî représente l’énergie vitale cosmique demeurant latente dans le corps humain, enroulée à la base de la colonne vertébrale, un peu au dessous des organes sexuels, pareille à un serpent, profondément endormi et fermant de sa bouche l’ouverture de la Souchoumnâ, un conduit fin comme un cheveu qui s’élève à travers la colonne vertébrale jusqu’au centre de la conscience qui se trouve au sommet de la tête. «  P83 Et en fait l’ouverture sans utilisation n’est pas très utile. L’ouverture oui, mais pas n’importe comment non plus. Le narrateur paye cher, presque la mort, le fait de ne pas ouvrir le bon canal énergétique. Mais avant de causer la mort du sujet l’énergie du Kundalinî peut mener vers une grande variété de troubles car elle est si puissante lorsqu’elle jaillit qu’elle peut causer des dégâts sur son passage, des dommages abîmant les tissus nerveux supportant l’influx fulgurant. En terme d’électricien nous pourrions dire que la Kundalinî mal gérée peut nous faire  » pété un fusible ou encore fondre un cable! » L’ensemble de son récit est cohérent avec l’ensemble des récits d’éveil et dans ce sens il est un bon argument supplémentaire pour orienter sa vie vers une énergie nourrissante et non pas vers une énergie destructrice. Elles naissent toutes les deux dans le corps et agissent toutes les deux sur le corps. Alors à vous de choisir votre voie intérieur. Mais a quoi sert cette quête si dangereuse ? A l’éveil de l’être humain au niveau spirituel. A entrer en contact extasiant avec l’énergie qui sous-tend notre univers. Mais parfois cela arrive par accident ?  » Kundalinî est en action chez des millions d’hommes et de femmes intelligents de toutes les nations civilisées, bien qu’à un moindre degré et plus imperceptiblement, et qu’elle crée chez la majorité des êtres des troubles psychiques et physiques que la thérapie moderne est incapable de prévenir ou de guérir parce qu’elle ignore absolument leur cause. «  P114. Selon Deepak Chopra, en effet :  » Gopi Krishna fut un pionnier sur le terrain de la spiritualité. Ce qu’il décrit comme force psychique est maintenant compris comme des champs d’énergie qui véhiculent des informations. Je salue ce grand sage, cet esprit scientifique du XXe siècle. « 

« Il n’y a que le silence ou l’adoration qui puissent atteindre
aussi haut que la dignité de la mort
et que la majesté de l’éternité
. »
Alfred De Vigny
Poète Français 1797-1863

About the Author:

Leave A Comment